Françoise Mbango : La création de l’Isep-Fm est une aubaine pour les sportifs qui veulent préparer leur reconversion

13 Jan 2022 | CAMPUS | 1 commentaire

promotrice de l’institut des Sports et de l’Education physique Françoise Mbango à Yaoundé.

Interview réalisée par Nadine Ndjomo

Pourquoi avoir créé un institut privé de l’enseignement supérieur (Ipes) et quelles sont les formations que vous offrez ?

J’ai créé l’institut des Sports et de l’Education physique Françoise Mbango pour donner l’opportunité à toutes les personnes qui aimeraient se former dans le domaine sportif de pouvoir le faire. Nous proposons donc à cet effet ; plusieurs formations.  La première est le management du sport et la deuxième formation concerne les sciences et techniques des activités physiques et sportives.  En management, nous avons deux spécialités que sont l’administration du sport et l’événementiel sportif. Dans cette formation, nous donnons la possibilité aux jeunes de se former dans la gestion administrative et l’événementielle du sport. Pour être plus explicite, dans le contenu des unités d’enseignement que nous proposons, nous avons en management du sport, les épreuves professionnelles dans lesquelles on retrouve le micro-environnement et l’organisation sportive, le marketing et la stratégie et outils en sport, le droit du sport. Nous avons également des stages pratiques. Les étudiants sont en immersion au sein des structures. Pour cette année par exemple, nous avons des étudiants qui ont fait des stages au stade d’Olembé, au Comité national olympique, au comité paralympique. Il y a également la possibilité de faire des stages dans les mairies afin d’accroître les connaissances sur le management des structures et les organisations sportives. Dans d’autres unités d’enseignement, nous avons ce qu’on appelle les unités d’enseignement fondamentales. C’est le cas des techniques quantitatives, les systèmes d’information, l’analyse financière, l’éducation et l’éthique professionnelle d’une part et d’autre part, des unités d’enseignement transversales dont les cours dispensés sont les techniques d’expression française et anglaise, l’environnement juridique, l’informatique et la création d’entreprises.

Quel est le background des étudiants de l’Isep-FM et des enseignants qui les encadrent ?

La majorité des étudiants sont jeunes. Car, nous acceptons les candidats qui ont au moins un baccalauréat. C’est le cas cette année. Dans les années à venir, nous allons ouvrir une session pour ceux qui veulent suivre les formations à la carte. Il y a ceux qui n’ont pas le baccalauréat, ou alors qui l’ont, mais ne disposent pas du temps pour suivre les cours en présentiel pendant deux ans à cause des multiples activités qu’ils mènent et souhaitent juste faire une remise à niveau, un recyclage, nous allons ouvrir cette formation à la carte, pour eux. Les enseignants ont été recrutés par une commission des jurés que l’institut a choisi à l’effet de prendre les meilleurs. Nous avons fait un appel d’offres, des communiqués ont été publiés, des cv ont été déposés. En séance de travail, nous avons constitué trois grandes commissions où nous avons d’abord reçu tous les candidats ensemble. Nous leur avons présenté la vision de l’institut, les plaquettes académiques sur lesquelles ils devaient présenter un contenu par rapport aux unités d’enseignement qu’ils ont choisies au sein de notre institut. Après cela, nous avons convoqué des séances d’entretiens individuels. Avec un jury composé de quatre jurés, nous avons ainsi choisi ceux qui sont aptes à enseigner dans notre institut. Il y a des enseignants de sports. Mais pas que.  Il y a des docteurs en sociologie, psychologie, en gestion financière. Il y a plusieurs profils, car nous n’enseignons pas que le sport. Il y a bien évidemment des experts sur la pratique du sport par discipline. S’il s’agit de l’éducation physique pour parler des Staps, des sciences de sport pour ceux qui vont être formés pour devenir futurs enseignants de sport. Or nous avons aussi des enseignants qui sont spécialistes dans les disciplines sportives comme les sports collectifs dont le volley-ball, basketball, et handball. Dans les sports individuels, c’est idem. Il y a des experts dans chaque discipline. Dans les sports de combat, nous avons également des experts dans chaque discipline. C’est le cas de la boxe, la gymnastique, le judo, le karaté et la lutte. Tout ceci fait que nous avons de nombreux encadreurs , les meilleurs dans leurs disciplines respectives. Quelques-uns ont la capacité d’enseigner plus d’une discipline.

En parlant de vie professionnelle, s’il faut citer trois débouchés pour les étudiants qui sortent de votre institut…

Au-delà de devenir professeur ou maître de sport, ils peuvent être responsable en ressource humaine, manager dans des structures et organisations sportives. Les étudiants de l’Isep-FM ont aussi la possibilité de monter un projet et de créer leur propre entreprise. Je donne toujours l’exemple de mon cas. J’ai fait un parcours sportif, je n’ai peut-être pas eu cette formation, mais aujourd’hui, grâce à ce projet d’institut de sport et d’éducation physique, je suis en train de l’implémenter. Il prend forme. C’est tout simplement pour dire qu’ils ont la possibilité d’avoir un projet et de l’implémenter. C’est possible. Pour les étudiants qui souhaitent se présenter à la fonction publique, nous leur délivrerons des diplômes de fin de cycle après trois années de formation. Il y a ainsi une grande possibilité pour ces sportifs encore en activité ou même après leur carrière d’avoir une opportunité de se former. L’admission à l’Isep-Fm se fait sur études de dossier. En effet, les managers que nous formons aujourd’hui peuvent être employés dans des structures qui existent, ils ont aussi la possibilité après deux années de formation de pouvoir se mettre à leur compte.

Avez-vous pensé à une formation qui a trait à la reconversion des sportifs ? Car on a remarqué que certains, une fois la carrière à l’internationale finit, vivent dans la dèche…

C’est l’une des missions de cet institut. Donner la possibilité aux anciens sportifs de pouvoir préparer leur reconversion.  Cependant, ce ne sont pas les étudiants qui vont sortir d’ici qui les aideront dans cette préparation. C’est plutôt cet institut qui a été créé qui leur donne une autre possibilité de se former pour pouvoir préparer leur après carrière. une deuxième carrière. Toutefois, les étudiants qui sortent peuvent être leur source d’inspiration. La création de cette école est aussi une aubaine pour les sportifs. Le besoin est réel. Il y a des sportifs qui veulent souvent rester dans leur domaine, mais ils n’ont pas toujours cette opportunité. Il y a également ceux qui n’ont pas pu faire leur preuve au niveau international mais qui sont toujours amoureux du sport. Ils veulent y rester, mais n’ont pas l’expertise et le lieu, où, s’exprimer pour améliorer leurs connaissances afin de travailler dans ce domaine. D’où la nécessité de la formation à la carte.

Tags :

Lire aussi

Examens officiels 2022 : 606 207 candidats attendus au Cameroun

Examens officiels 2022 : 606 207 candidats attendus au Cameroun

C’est le nombre d’aspirants au baccalauréat, Probatoire de l’enseignement général et au GCE Board enregistrés par l’OBC pour cette session. Par Lititia Ngono A l’issue de la réunion d’évaluation de l’organisation des examens officiels qui s’est tenue le 10 mai dernier...

Zadarou Douague : l’éducation est déstabilisée à Tourou

Zadarou Douague : l’éducation est déstabilisée à Tourou

directeur de l'école publique de Hidoua (département du Mayo-Tsanaga, région de l’Extrême-Nord au Cameroun).   Propos recueillis par Abdoulkarim Ce n'est plus un secret, l'éducation est complètement déstabilisée ici à Tourou. L'insécurité est devenue la règle et ça ne...

1 Commentaires

1 Commentaire

  1. marggie

    FRANCOISEMBANDO : tres bonne idee de la creatin de l’ISEP pour les etudiants qui puissent russir dans e domaine sportif plutot que intellectuel

    Réponse

Laisser un commentaire