Lycée classique de Mokolo : un faux candidat et le chef du secrétariat incarcérés pour fraude au Baccalauréat

L’histoire s’est déroulée dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun le 31 mai 2022.

Par ODS

Oumarou Moussa, chef du secrétariat du baccalauréat de l’enseignement général du sous-centre du lycée classique et moderne de Mokolo, dans la région de l’Extrême-Nord et Alphonse Sanda, sont incarcérés depuis le 02 juin dernier à la prison principale de Mokolo. Le premier est accusé d’avoir organisé et facilité la substitution d’un candidat pendant l’examen. Et le deuxième, d’avoir composé pour le candidat Ibrahim Tayep.

Le faux candidat, qui portait la tenue du lycée classique, n’avait aucune carte d’identification. Interpellé le 31 mai par les forces de sécurité, en présence du proviseur du lycée de Mokolo, le faux candidat a déclaré « travailler pour le compte du surveillant général, Oumarou Moussa, par ailleurs chef du secrétariat du Bac. » Ensuite, le mis en cause ; a été interpellé à son tour. Et les deux hommes ont été conduits au commissariat de la sécurité publique de Mokolo.  Une enquête a été ouverte. Au cours de l’interrogatoire approfondi qui a suivi, Alphonse Sanda a expliqué que le surveillant général l’avait contacté en décembre 2021 pour l’inviter à se substituer au candidat Ibrahim Talep, un élève régulier du lycée classique et moderne de Mokolo. 

Le deal entre les deux parties a été scellé et le processus d’établissement des documents, a été enclenché. Un récépissé de dépôt de dossier portant la photo d’Alphonse Sanda a été établi, et signé du proviseur du lycée classique et moderne de Mokolo, Nanga Gouri Eboko. Une carte scolaire dûment établie devrait lui être également délivrée. 

Le premier jour de l’examen, Sanda Alphonse s’en est sorti tant bien que mal et a réussi à composer toutes les matières. Chaque fois qu’il était mis dehors, le chef du secrétariat donnait des injonctions pour qu’il soit remis en salle. Et ce, jusqu’à ce que l’alerte soit donnée et que le pot-au-rose soit découvert.

Laisser un commentaire