Examens 2022 : l’OBC sur le terrain à Douala

Accompagnée des responsables du bureau central, l’antenne régionale du Littoral a effectué des descentes pour s’assurer de la bonne marche de la session en cours.

 Par Nadine Ndjomo

 Vendredi 3 juin 2022 à Douala. La cour du collège polyvalent bilingue du Vaal, affiche un calme plat. La couleur verte de la pelouse artificielle qui recouvre le parterre de la grande bâtisse fait oublier, la chaleur suffocante qu’il fait en ce début de matinée. Dans ce silence palpitant, quelques pépies d’oiseaux viennent colorer, ce tableau strict. Les susurres des membres de la délégation de l’office du baccalauréat du Cameroun (OBC), qu’accompagnent Désirée Dissake, la régionale de l’OBC dans le Littoral et Guillaume Edjang, délégué régional des Enseignements secondaires du Littoral. Venue prendre la température dans cet établissement situé au quartier Bedi, dans l’arrondissement de Douala 5, qui a été retenu pour la première fois comme sous-centre d’examen, la délégation fait le tour du prioritaire. Du secrétaire où, certains membres échangent quelques mots avec le responsable de cette unité, aux différentes salles de classe, où les élèves ; concentrés, traitent l’épreuve d’histoire qui a commencé à 8h et s’achève à 10h. Tout y passe. Au grand bonheur du promoteur du collège polyvalent bilingue Du Vaal. Sur les 438 candidats inscrits dans ce sous-centre, le secrétariat a enregistré deux absents.

Des candidats au Bac, pendant l’épreuve d’Histoire

Une quinzaine de minutes plus tard. La caravane s’ébranle vers l’arrondissement de Douala 1er. Au lycée de Deido, Ernestine Pegha, le chef du secrétariat rassure : « tout se passe pour le mieux. Nous avons eu un cas particulier. Le nom d’un candidat qui devait composer ici à Deido ; mais dont le nom s’est retrouvé à Akwa. Avec l’antenne régionale de l’OBC dans le Littoral, nous avons rapidement trouvé une solution. Et le candidat a pu composer sans problème ».  C’est 697 candidats qui étaient attendus dans ce sous-centre. Mais au finsih, il y a eu quatre abandons, apprend-on. Au lycée bilingue de Bonassama, dans l’arrondissement de Douala 4ème, les candidats sortent des salles de classe. 10h vient de sonner. Edwige Ewane, 19 ans, candidate au baccalauréat A4 espagnol, lance un ouf de soulagement. « Enfin nous avons fini avec le Bac. Et je suis confiante quant au résultat final », confie-t-elle à d’autres camarades, au niveau du portail.

Collège Bilingue Polyvalent Du Vaal

Les épreuves du baccalauréat de l’enseignement secondaire général, ayant commencé le 30 mai dernier, ont pris fin samedi le 4 juin. Pour cette session 2022, l’OBC a enregistré 131 547 candidats, dans 536 sous-centres. Et pour mener à bien cette session et les prochaines aussi, des antennes régionales OBC ont été créées dans les 10 régions du Cameroun. Une réforme qui est la résultante de la Résolution du conseil extraordinaire de l’OBC datant du 15 février dernier. Très appréciée, elle est saluée par le corps enseignant, parents et élèves.

Réactions

 Désirée Dissaké, régionale OBC dans le Littoral.

 « Être proche du cœur de cible »

Désirée Dissaké, chef d’antenne OBC Littoral

 Le baccalauréat de l’enseignement secondaire général, et ces 62 sous centres devraient abriter 33 458 candidats. Malheureusement à l’arrivée nous n’avons que 33 069 qui ont répondu présents. Du coup nous avons 357 candidats absents et 32 cas d’abandon. Pour une première expérience de l’antenne régionale de l’Office du baccalauréat du Cameroun, je peux dire que le résultat est satisfaisant, c’était très bien, les examens se déroulent très bien, ils se déroulent sans anicroche. La collaboration avec les enseignements secondaires est fluide, elle est seine, elle est franche et, elle est étroite. Nous n’avons pas de difficultés en ce moment. Car je pense que la décentralisation c’est pour faciliter, la présence de l’Office du baccalauréat dans les régions, et être très proche du cœur de cible qui est le candidat. Avec la décentralisation, les antennes travaillent en toute collaboration avec Monsieur le délégué régional et tout est facile, le travail est efficace, il est fluide, quand il y a une difficulté on appelle plus l’OBC qui est la direction générale, mais plutôt l’antenne régional. Les problèmes sont résolus en temps réel.

Laisser un commentaire