• +237 697 208 082
  • nadine.ndjomo@gmail.com
  • Yaoundé - Cameroun

Droits universitaires au Cameroun : Aucune augmentation en vue

Source : Celcom/Minsup

Les réseaux sociaux sont envahis depuis quelques jours par une folle rumeur ; annonçant une augmentation de ces frais exigibles aux étudiants des universités d’Etat du Cameroun.

Des barbouilleurs de la toile à qui la démence a mis un clavier sous la main ont trouvé, à travers les réseaux sociaux, un lit fécond pour la désinformation et la manipulation de l’opinion. Leur dernier fait en date relève d’une Fake news portant pour prétendue augmentation des droits universitaires à hauteur de 300 000 FCfa.

Pour dissiper cette intox fantasmagorique, la cellule de communication du ministère de l’Enseignement supérieur, sous la férule du ministre d’Etat entend apporter des clarifications subséquentes et irréfutables.

1-Des prolégomènes légales

Le décret N°93/033 du 19 janvier 1993 stipule en son article 2 que « les étudiants de nationalité camerounaise s’acquittent des droits dont le taux forfaitaire est fixé à 50 000 Fcfa par étudiant, dans tous les établissements des institutions universitaires ». Ce texte signé du président de la République modifie et complète certaines dispositions du décret N°79/186 du 17 mai 1979 fixant les taux de paiement des droits universitaires.

2-L’évanescence de la folle rumeur

Le Décret suscité est un argument de poids pour taire la folle rumeur qui a envahi les réseaux sociaux aux premières lueurs de l’année 2023, annonçant une augmentation des droits universitaires. Sans aucun élément factuel, des individus au dessein inavoué diffusent cette fausse information, sans doute dans le but de déstabiliser la communauté universitaire. Le taux fixé à 50 000 FCfa donne droit à l’inscription, aux activités sportives et culturelles, à l’assurance-étudiant, à la bibliothèque, aux enseignements dirigés et pratiques, aux stages de formation et à la présentation aux examens.

3-Bon à savoir

Selon le même décret, le taux de plus de 50 000 FCfa est plutôt imputé aux étudiants de nationalité étrangère, sous réserve de réciprocité et des conventions en vigueur. L’article 3 dudit  texte fixe ce taux à : 300 000 FCfa dans des Facultés des Lettres des Sciences Humaines, Juridiques, Politiques, Economiques et de Gestion : 600 000 FCfa dans les Facultés des Sciences et dans les institutions universitaires de technologies et 1 000 000 FCfa dans les Facultés de médecine et de pharmacie ainsi que dans les écoles et établissements de formation professionnelle.

4-Calme et sérénité dans les campus universitaires

Le paiement par les étudiants Camerounais d’un taux supérieur à 50 000 FCfa n’est donc pas envisageable à l’heure actuelle. Pour l’heure, le système de l’enseignement supérieur est engagé dans l’édification de l’université de troisième génération, appuyée sur le triptyque édicté par le président de la République, Paul Biya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *