L'info sur l'éducation et la formation

Ngoyang : le  foyer de l’avenir

par | 23 Nov 2022

Cette infrastructure et les différentes réalisations financées par de l’ambassade Nippone au Cameroun permet de scolariser et d’encadrer plusieurs enfants pygmées.

Par Nadine Ndjomo

Le foyer de Ngoyang ne broie plus du noir. Et ce, grâce au projet Kusanone. Pensé et lancé par l’ambassade du Japon, ce projet fait des heureux parmi les populations autochtones que sont les pygmées. Le 21 novembre 2022, c’était au tour de Ngoyang, localité située dans l’arrondissement de Lolodorf, département de l’Océan, région du Sud, de recevoir la visite des responsables de l’ambassade du Japon au Cameroun.

 Venus dans le cadre d’un suivi et d’une évaluation des différents projets réalisés et financés grâce aux fonds japonais, « nous sommes heureux que le foyer contribue à améliorer le taux de réussite des élèves qui sont pensionnaires au foyer de Ngoyang, éviter la déperdition scolaire», a confié Tatsuki, l’un des responsables de l’ambassade du Japon au Cameroun.

Construit au début des années 90 par une Organisation non gouvernementale (Ong), il fonctionne depuis 1994. Le foyer de Ngoyang s’est agrandi dès 2001, grâce au Fonds pour l’environnement et le développement du Cameroun (Fedec). Il a reçu l’agrément du ministère des affaires sociales en 2017. D’une trentaine de pensionnaires il y a une dizaine d’années, le foyer de Ngoyang compte actuellement 120 pensionnaires dont 48 filles. D’après Valery Essadjo, maître d’internat et Serge Mebere, coordonnateur programme du Fedec, le don offert par l’ambassade du Japon a permis de construire une clôture, d’équiper des dortoirs, d’installer des panneaux solaires pour alimenter la salle d’études, elle aussi, équipée grâce aux fonds japonais, conservation des aliments, le fonctionnement de la télévision, offert aussi, par le Japon. Chaque pensionnaire paye 35.000 FCfa mensuel.

Le Foyer de Ngoyang qui jouxte l’école publique de cette localité, est construit sur 100.000 m2. Construit entre 2018 et 2019, ce financement à Ngoyang à coûté 42 millions FCfa au Japon.  Ce don de Ngoyang, fait partie des 100 projets financés par le Japon au Cameroun, entre 1993 et 2022. Le coût total de ces projets réalisés en 29 ans est de 35 milliards Fcfa. Sont éligibles pour recevoir les financements du Kusanone : les organismes à but non lucratif, les établissements d’enseignement, les institutions médicales. Les domaines financés sont l’éducation (construction et équipement des écoles), la santé (construction des formations sanitaires, installations d’équipements ; l’eau (construction des forages à, formation professionnelle (construction et équipement de centres de formation professionnelle), entrepreneuriat (développement des usines de transformation des coopératives agricoles de cacao).

D’après l’ambassade du Japon au Cameroun, la limite des subventions est de 45 millions Fcfa. Chaque année au Cameroun, l’ambassade reçoit entre 100 et 150 projets. Seuls trois projets au maximum sont sélectionnés. Les candidatures pour l’année 2023 sont ouvertes.  Pour les associations, Gic, les mairies, les établissements scolaires, les Ong qui veulent postuler veuillez contacter : microprojetjapon@yd.mofa.go.jp. La date limite des candidatures est fixée au 28 décembre 2022.

En rappel, le Kusanone est une coopération financière non remboursable de petite envergure. Elle a été créée en 1989. Actuellement, elle est présente dans 141 pays.

Encadré

Ecole publique de Ngoyang

48 ans plus tard…

Située dans l’arrondissement de Lolodorf, département de l’Océan, région du Sud, l’école publique de Ngoyang a été créée en 1974. 48 ans plus tard, cette école est constituée de trois bâtiments. 166 élèves y sont inscrits pour l’année scolaire 2022-2023. 14 d’entre eux doivent présenter le certificat d’études primaires (Cep). D’après J.B Nzié, directeur de l’école publique de Ngoyang, Tous ces élèves sont des pygmées.

Certains sont Bakolla et d’autres Bagyeli. Il y a aussi des Ngumba. Mais ils sont peu. A l’école publique de Ngoyang en plus des infrastructures qui manquent le plus, il y a aussi le personnel. Seuls deux instituteurs « fonctionnaires » y dispensent le savoir. Les deux autres enseignants, sont des vacataires. Ces derniers sont rétribués par des frais d’Apee qui n’atteignent même pas le Smig. Ngoyang fait partie des nombreux villages de l’arrondissement de Lolodorf. Le maire de cette commune, Felicien René Mballa, estime la population de cette collectivité territoriale décentralisée à 20.000 habitants. Et sur les 20.000 habitants les pygmées sont entre 3000 et 4000 habitants.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *