• +237 697 208 082
  • nadine.ndjomo@gmail.com
  • Yaoundé - Cameroun

Alice Nkanda Boule: Dans la norme malgré tout…

Première au concours continental de dissertation sur la normalisation, au Cameroun ; elle n’a malheureusement pas pu gravir le marches du podium sur le plan Africain.

Par Mairama Damda

Alice Nkanda Boule a fait honneur au Cameroun.  Etudiante,  à l’institut supérieur des technologies appliquées et de gestion (Istag), option santé filière analyses médicales, à Yaoundé, elle vient de remporter avec brio, la première place, du concours continental de dissertation sur la normalisation, au Cameroun. Et sur le plan Africain, elle occupe la dixième place.  Âgée seulement de 26 ans, le travail qui a propulsé Alice Nkanda Boule, en tête de liste a porté sur « le rôle de la normalisation dans la promotion de l’art, la culture et le patrimoine : l’économie créative en Afrique. » Comme les autres candidats, la lauréate camerounaise a rédigé une dissertation de 1000 à 1200 mots.

Pour rappel, le concours continental de dissertation sur la normalisation a pour objectif de donner à la jeunesse africaine, les moyens de comprendre, d’accroître et d’améliorer leurs connaissances sur les avantages de la normalisation dans la croissance globale du développement africain.

Peuvent participer à cette épreuve intellectuelle organisée par l’Organisation africaine de normalisation (Arso ou Oran) et l’Agence des normes et de la qualité (Anor) du Cameroun, les étudiants des universités et grandes écoles camerounaises âgés de moins de 35 ans. Les dossiers des 5 meilleurs Camerounais retenus seront transmis l’Arso pour entrer dans la compétition au niveau international. Le vainqueur sur le plan continental, reçoit une prime de 1000 dollars, soit 500.000 FCfa environ. L’Oran qui chapeaute ce concours, a été créée en janvier 1977 à Accra au Ghana.

Malgré le fait qu’Alice Nkanda Boule n’a pas pu gravir les marches du podium sur le plan continental,  le Cameroun peut être fier de sa représentante. Car, c’est une victoire après tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *