• +237 697 208 082
  • nadine.ndjomo@gmail.com
  • Yaoundé - Cameroun

Pr Falna Taubic :« Le Cameroun doit accompagner les universités des moyens conséquents »

enseignant à l’université de Ngaoundéré.

Propos recueillis par N.N

Quels sont les  problèmes de l’Enseignement supérieur au Cameroun ?

L’univers de l’enseignement supérieur s’est enrichi ces dernières années de la création d’autres Universités et de grandes écoles de formation. Toutefois, l’enseignement supérieur est confronté aux difficultés infrastructurelles auxquelles il faudrait ajouter l’incapacité à encadrer les étudiants. Ces difficultés impactent la qualité de la formation offerte aux étudiants.

Le  système LMD au Cameroun est décrié. Qu’est ce qui n’a pas marché d’après-vous? Que faut-il faire pour l’améliorer ?

On ne saurait peindre totalement en noir le système LMD qui des inconvénients du fait de son inadéquation a notre environnement global évoqué plus haut et la tricherie qui caractérise de plus en plus en plus les enseignants. Toutefois, ce système présente des avantages au regard de la production des diplômés de l’enseignement supérieur qui en découle.

Que faut-il faire pour améliorer la qualité de l’enseignement  à l’université de Ngaoundéré et Maroua ?

Les moyens infrastructurels et humains peinent a accompagner ce nouveau système. Des efforts sont entrepris de la part de l’État, mais doivent faire l’objet d’une plus grande volonté politique.

Quel regard portez-vous sur les Ipes au Cameroun ?

Les IPES contribuent a n’en point douter a l’accroissement de l’offre de formation dans l’enseignement supérieur. A ce titre, ils constituent un bras séculier de l’État en la matière. Toutefois, l’affairisme caractérise certains promoteurs. Forum heureusement la Direction de l’Enseignement Supérieur veille.

Comment voyez-vous les universités de Maroua et Ngaoundéré dans 20 ans ?

Les régions septentrionales sont dotées de deux universités d’Etat à mettre à l’actif du président Biya. Ces deux universités favorisent l’insertion des originaires de ces régions et ceux d’ailleurs dans l’enseignement supérieur. L’avenir de ces deux universités, Maroua et Ngaoundéré dépend de ce que les différents acteurs du système voudront qu’elles deviennent. L’avenir de ces  Universités est radieux mais plombé par des opportunistes qui n’y trouvent que des lieux d’obtention d’un numéro matricule solde et de captation des avantages bureaucratiques et pécuniaires.

Quels types d’universités souhaitez-vous pour le Cameroun ?

Le Cameroun doit accompagner les universités des moyens conséquents à la hauteur des missions qui lui sont confiées à savoir l’enseignement, la recherche et l’appui au développement. Les universités camerounaises doivent retrouver la place qui lui revient si l’Etat du Cameroun veut conforter sa place de leader en Afrique Centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *