• +237 697 208 082
  • nadine.ndjomo@gmail.com
  • Yaoundé - Cameroun

Université de Ngaoundéré : 73 médecins vétérinaires sur le marché en 7 mois

La 6eme promotion a soutenu du 26 au 28 juin dernier, malgré les problèmes financiers.   La pandémie du coronavirus a fortement influencé les soutenances de la 6e promotion des médecins vétérinaires de l’école des sciences et de médecine vétérinaire de l’université de Ngaoundéré. Avec un nombre réduit de personnes dans les salles, sous le strict respect de la mesure de la distanciation sociale, ce sont ainsi 36 qui ont pu soutenir leurs thèses publiquement, du 26 au 28 juin dernier. Ils n’étaient pas alors plus de 10 dans chaque salle, les membres du jury y compris. Ce, non sans exiger le port du cache-nez, en vérifiant la température de chaque candidat et invité, et en s’assurant que les mains sont lavées ou désinfectées.

Si les soutenances de la 6e promotion des médecins vétérinaires de l’Esmv ont été un ouf de soulagement pour les différents candidats, la joie était déjà à son comble quelques mois plus tôt. Ils étaient, de fait, 37 à soutenir leurs thèses. Une 5e promotion dont les soutenances sont intervenues à la sortie de crise de l’école, après moult grèves. 

De l’avis des heureux élus et de nombreux étudiants de l’Esmv, leur revendication « Un an, un niveau » est désormais une réalité. Et de louer les efforts du top management de l’école de fluidifier la dispensation des enseignements et la mise à disposition des documents utiles. Cependant, l’insuffisance des moyens financiers plombe toujours le fonctionnement de cette école. « La situation financière de l’Esmv n’a pas considérablement changé. Surtout en ce qui concerne le budget de fonctionnement, elle n’a pas du tout changé », déclare le Pr Mamoudou Abdoulmoumini, le directeur de l’Esmv.

N’empêche qu’à ce jour, l’école des Sciences et de médecine vétérinaire de l’université de Ngaoundéré, peut se targuer d’avoir son bâtiment actuellement achevé à 90%. En espérant qu’après réception technique incessamment, le bâtiment déjà équipé pourra être occupé par son illustre destinataire au plus tard à la rentrée académique de 2020-2021. 

Par Bertrand Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *